Mise en œuvre de l’accompagnement social global : où en est-on ?

Retour 13 juillet 2017 Actualités

Mise en œuvre de l’accompagnement social global : où en est-on ?

 L’Association Logement du Pays d’Aix (ALPA) a participé au groupe de travail organisé par la DRD JSCS Provence Alpes Côte d’Azur à la Préfecture de Marseille, le mercredi 29 juin 2017. Ce séminaire de travail d’une quarantaine de personnes, composé des principales institutions et services de l’Etat œuvrant dans le champ de la cohésion sociale (DGCS, DIRECCTE, DRAAF … ), des collectivités locales (Métropole Aix-Marseille, DDCS 84…) ainsi que d’autres associations locales (Solidarité aire toulonnaise, Mission locale d’Avignon…) et fédérations (FNARS, URIOPSS), mais aussi des personnes accompagnées ou accueillies, a permis de faire le point sur les différents programmes expérimentaux initiés dans le cadre du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Dans ce contexte, l’ALPA s’est vu confier la mise en œuvre de l’Accompagnement Social Global (ASG) depuis janvier 2017, sur le territoire du Pays d’Aix. Rappelons que l’accompagnement des personnes en difficulté est posé dans la feuille de route départementale 2015-2017 comme le sixième principe à part entière du plan.

L’ACCOMPAGNEMENT SOCIAL GLOBAL, C’EST QUOI ?

L’ASG est une synergie d’approches qui repose sur une coordination d’acteurs de champs multiples (emploi, logement, santé, insertion, culture….). Son principe « actif » : La centralité du projet de la personne accompagnée et sa participation. Retrouver le sens du collectif tant pour les personnes accompagnées que pour les équipes tel est l’esprit qui anime ce projet.

Au même titre que l’apport des professionnels des domaines sociaux concernés, le savoir des personnes accompagnées en matière d’accès aux aides (alimentaires, vestimentaires, culturelles…) est considéré par exemple comme un vrai capital. Cette coordination d’accompagnement, garantie par un référent, autour de la primauté de la personne opère un retournement réellement positif. Elle favorise une vision globale, intégrée par tous les acteurs de l’insertion et offre une réelle efficience dans la résolution des problématiques distinctes rencontrées.

De plus, avec cette forme d’intervention sociale, une dynamique de confiance s’installe. Ce principe de l’information partagée entre les professionnels et la personne fait gagner du temps et, concrètement, accélère la résolution des problèmes des personnes.

REDONNER DU SENS AU TRAVAIL SOCIAL EN SORTANT DE LA LOGIQUE DES INTERVENTIONS EN « SILO »

Compte tenu de la non régression de la pauvreté, de la prise de conscience de l’ampleur du non recours aux droits, de la résonance des problématiques liées à la précarité, des politiques de dématérialisation, il s’agit aujourd’hui de sortir de cette logique du dispositif des interventions en silo en décloisonnant les modes d’accueil ; là est un apport non négligeable de cette stratégie d’accompagnement en ce qu’elle fluidifie par la coopération, l’échange et l’évolution des pratiques, la prise en compte de l’environnement de la personne et   la recherche de solutions.

Face à des situations individuelles souvent complexes, ce travail collégial à travers l’échange des pratiques et des interventions pluridisciplinaires, lors des comités territoriaux notamment, participe de la stratégie d’accompagnement comme de la mise en réseau des acteurs professionnels et associatifs.

De ce fait l’ASG constitue vraiment une approche stratégique nouvelle dans le champ du social. Ce mode d’accompagnement permet une synergie d’approche au moyen d’une équipe ressource composée d’acteurs de champs et cultures différents mais néanmoins complémentaires qui apprennent à mieux se connaitre et à travailler ensemble en partant d’un point central, celui de la personne, de là où elle en est, et de son projet.